GORETEX TRANSALPINE RUN

de
UN GENOU ET AU REVOIR !

STORY BY GIL MCKENZIE

La GORE TEX TRANSALPINE RACE ou courir pendant 7 jours en traversant 3 pays en binôme. Soit 260 kms et 16000 Mètres de dénivelé positif. Avec Olivier mon binôme depuis notre épopée au MONT BLANC avions visé cette ultra race par étapes depuis un bon bout de temps. Partir sur une course en étape était une donnée inconnue.. totalement ! Et pas des moindres !!

Paris, direction Munich puis GARMISCH PARTENKIRCHEN, lieu d’accueil de notre fameuse épopée. On récupére les dossards, pasta party. Direction le village d’athlètes ou nous retrouvons Guillaume Peretti et Vincent Viet, les athlètes français qui viennent pour agripper une ligne de plus à leur palmarès.

Hier soir, nous avons essayé de nous coucher tôt mais les discussions avec Guillaume et Vincent vont bon train. On a réussit tout de même à préparer nos affaires.
Dimanche 09.02.18
Réveil 06h00 , ça sera certainement notre départ le plus tardif : 09:00 !!! On recroise Guillaume sur le départ mais aussi la pluie !!Veste GORE TEX shake dry oblige, heureusement qu’elle est là ! Si légère et si déperlante ! Un petit bijou de 90 grammes.
On y est ! Le départ est lancé, nous partons et courons dans le flux de gens mais si peu comparé à d’autres courses. Traversée de Garmisch , on atterit dans les bois c’est le début de la moyenne montagne. Nous allons parcourir ses 47kms entre vallons, forets, et lac d’altitude. Malheureusement le temps est bien bouché, la brodcast métérologique n’est pas avec nous en ce premier jour. Les kilomètres s’enchainent, les ravitos aussi. Le temps de défaire notre sac d’ hydratation  ULTIMATE DIRECTION et rechargé en eau et alimentation. Chaque pas, nous rapproche de l’arrivée malheureusement la météo n’est pas avec nous et ne nous permet pas d’apprécier les paysages. Parfois un mauvais temps peut permettre de belles photos, mais ce n’est pas le cas en ce début de course multi étapes.

Nous arrivons à courir ensemble ! Olivier est plus facile sur les descentes techniques et engagées. Je suis plus à l’aise sur les montées en tout genre. Il envoie bien dans les descentes, on a décidé de s’attendre à chaque ravito sur celui qui par rapport à celui qui a du retard. Sur ce premier jour, nous courrons ensemble de bout en bout. Mais ca envoit peut être trop dans les descentes et j’ai un coup de moins bien ! J’ai certainement trop d’énergies à me retenir sur les descentes pour diminuer l’impact sur les jambes.

Après le deuxième ravito, je repars mieux et mentalement je penses que je sais que l’on va arriver à la fin de cette première journée sans encombre.
Entre chaque ravito, j’ai mangé une barre énergétique rapide et une barre plus consistante type repas. Au ravito, je recharge en eau et en coca.

Nous allons finir cette première journée en 7h44 , loin de la barrière horaire. Et aussi loin de Guillaume et Vincent.
A Nassareth, pastèque, baggel .. un vrai repas en terre bavaroise.
On doit attendre la navette qui nous enverra à l’hotel pour retourner ensuite à la pasta party. Nous y arrivons au moment de la remise des prix. Une gourde pour Vincent et Guillaume.
Pour nous un bon repas !
L’organisation est au top : pasta party, explication de la journée suivante, photos du jour, vidéo finale et remise de prix. Un vrai bordel !

La fatigue s’oublie vite et donne envie d’être à demain. En attendant, du repos et être au calme !!

Réveil encore plus tot que pour aller bosser, vu que le départ est à 8:00 !

Lundi 03.02.2018
Bonne nuit, petit déjeuner et habillage … Nous y sommes stage 2!
A Nassareth, l’ambiance est fraiche mais le staf GORETEX nous encourage continuellement. Ca fait bien plaisir ! Surtout qu’on sait que c’est l’une des plus petites journées et aussi la plus roulante. Ce matin il fait plus frais , nous nous mettons à l’abri dans cette fine couche qu’est notre coupe vent. Un vrai bonheur!! La chaleur arrive et le départ aussi.

Une montée progressive, qui nous amène sur une descente peu technique pour remonter. Tout l’ intérêt du trail running, sinon on irait faire des courses sur route. Même pas eu le temps de voir le premier ravitaillement que nous sommes déjà au deuxième. Les chemins sont moins techniques et je me sens plus à l’aise. Dès que ca roule trop, Oliv’ s’ennuie.

Notre deuxième journée se déroule agréablement, vraiment! Pas de coup de moins bien, un bon moral, pas de blessure, ni même de chutes.  On redescend à bonne allure sur IMST,  deux kilomètres d’ asphalte et nous voici !

Cette année, l’organisation à créé le RUN2 qui permet de courir les deux premières étapes de la TAR en duo. Pour eux c’est fini ! Places et rien qu’à ceux qui vont faire les 7 jours ou le pensent.

On a couru à un bon rythme sans difficulté, ce qui fait que je me suis moins nourri que prévu… Même pas deux barres énergétiques OVERSTIMS et une barre que j’appelle barre repas.

Le soir : une complète s’il vous plait : pasta party, remise des prix, photos vidéos et topo. DODO !!

Si tu aimes les sports de montagne et que tu aimes dormir longtemps, il va falloir changer de crémerie !!

Mardi 04.09.18
Réveil encore plus tot pour un départ à 7:00. Aujourd’hui cette notre journée la plus longue et on commence à attaquer dans les rochers plutôt que sur du sentier.
07:00 Départ !
Celui là il commence à piquer dans la tête…et pas que dans la tête !

Les organismes commencent à ressentir la fatigue. Mais on a le moral et les jambes. Le problème avec le genre d’étape comme celle d’hier, tu penses que ca va aller vite mais c’est improbable.
Car on augmente la distance, la durée, le dénivelé.

Notre corps commence à se rapprocher de ses limites au fil des kilomètres qui se suivent mais ne se ressemblent pas .
Tant mieux !!

Aujourd’hui on aura 4 ravitos et autant de confort pour essayer de se rassurer à chaque fois que cela va bien !! Les zones de ravitaillement sont comme un point de rattachement à la societé ou l’on rencontre plus de gens et nous permet de nous dire : celui là c’est fait . Pas à pas nous y arrivons et nous sommes toujours dans les temps.

Oliv’ commence à peiner dans les montées et les descentes techniques me freinent de plus en plus. La dernière descente aura raison de mon genou et la douleur s’amorce . On décide qu’ Oliv parte devant plus fort que d’habitude et je le rattraperai dans la montée en faux plat montant. Ce qui se passe !

A peine fini de descendre et je remets un peu de gaz car ma rotule frotte moins sur mon ligament. La montée progressive me fait du bien. Je récupère Oliv’ !
On y est , on voit des villages : MANDARFEN … encore une victoire de plus ! Stage 3 !

Je suis tout de meme beaucoup moins serein. La douleur n’est pas habituelle ! On se repose, se restaure ! Guillaume arrive pour nous parler, me dit d’aller voir la kiné. Elle n’arrive à rien ! Ca ne sent pas bon!! On vera demain matin. En tout cas celle là, elle est pour nous .

En attendant, nos deux athletes ont encore fini troisième… Mes respects !!

Aujourd’hui la journée va être courte en terme de distance.  Comme la nuit, vu qu’on part à 8H

Mercredi 05.09.18

Après le petit déjeuner, je pensais que mon articulation aurait chauffé. Rien que d’aller déposer les sacs au point relais pour ce soir me coûte ! Ca ne va pas être simple today. Je n’arrive pas à m’ échauffer. Oliv’ en profite pour faire quelques longueurs.
Le départ … on déroule sur le plat jusqu’ au début de pente, ca coince mais c’est gérable ! On grimpe dans la pénombre mais la chaleur arrive sans souci. On se retrouve dans la face ensoleillée de la montagne, mon genou frotte maintenant même en montée. Pas simple ! Après 400M de D+, nous arrivons au téléphérique ou nous avons diner hier soir. La vue est magnifique ! Plus qu’ à redescendre !

Petit tour autour du lac en faux plat et descendant et c’est le début du vrai calvaire ! Olivier part en avant mais il a déjà un demi tour de lac sur moi. C’est de pire en pire, je le ressens. La descente de piste est plus raide, je n ‘arrive plus à articuler, même la marche est douloureuse. Passage en sous bois, mes bâtons ne m’aident pas non plus à compenser . J’ai beau me le dire et ne le souhaite pas, je sais que la fin est proche. Enfin une montée mais le ligament vient me rappeller l’inflammation . Syndrome rotulien nous te remercions. Habituellement dans le premier tiers, je me retrouve.. pardon nous nous retrouvons dans le dernier tiers. Oliv’ m’attend !

Je préfère qu’il parte après le check point pour continuer, il y a trop de belles choses à voir, les glaciers, la haute montagne et finir l’étape. Pour ma part, s’en est fini. mon corps de vieux jeune me rappelle à l’ordre. Je ne vous cache pas que c’est le désespoir ! Cette course était pour un objectif dans une ma petite experience de trailer.
Je rends mon dossard, plus qu’ à attendre que les derniers arrivent et passent le col. Que les bénévoles démontent les tentes et rangent puis nous allons rentrer. L’attente est longue … bien trop pour te poser des milliers de questions !

Départ du van des loosers, direction SÖLDEN. C’en est finit !!
A l’arrivée, je pars récupérer l’hôtel où nous logeons. Douche, attente.. J’attends Oliv’ ! Il arrive totalement fatigué mais finisher ce stage. C’est plus qu’une victoire pour lui mais aussi pour moi.
J’en ai gros sur la patate. Pas la place aux sourires,  aux rires. Olivier va passer les 3 derniers jours seul sur les chemins !

Mes trois dernières journées vont être un éternel recommencement. Se lever, déjeuner avec mes potes engagés sur la course, prendre le petit déjeuner. Aller sur la ligne de départ pour encourager Oliv, c’est la moindre des choses. Démonter le village, tout embarquer, monter dans le van direction la ville d’arrivée.Remonter le village. Attendre dans la venue de mes trois athlètes puis passer du temps avec eux le soir. C’est sur qu’il y a pire mais il y aussi mieux à faire quand on est valide. Mais c’est loin d’ être le cas. Même si mon articulation déroule mieux à la marche.

Cette course reste tout de même une sacrée expérience que j’aurai adoré finir !

Après les stage 5-6-7, Olivier finit seul mais finit ! Ca aura été dur mais il y arrive ! Mes respects !! Un grand bravo aussi à nos deux français qui finissent TROISIEME au général !

Aucun mot clés 0

Aucun commentaire

A vous de jouer

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *