LE TOIT DE LA FRANCE

de
2 JOURS EN ALTITUDE 

STORY BY GIL MCKENZIE

Deux jours tout simplement et intensément ! C’est ce qui nous a fallu pour se retrouver sur le toit de la France et en redescendre … Le Mont Blanc 4810 mètres !

Une classique pour certains comme d’autres font Paris Roubaix en vélo. Avec Olivier de MEN ARE DELICIOUS, c’était  notre objectif 2017.
Après avoir passé 6 mois à se préparer physiquement avec des courses de trail ou encore grimper à ARKOSE, nous y étions.
En mai, un petit passage dans les Ecrins avec notre guide François Lombard qui nous a emmené au Pic d’ Arsine afin de mieux se connaître et appréhender la haute montagne en France.
Un réel plaisir pour ce prémice et un avant goût de ce qui nous attendait 4 mois plus tard.

Septembre, en pleine semaine.. nous y sommes. Rendez vous avec Babar sur le parking de l’ UCPA à Cham’ ( pour les intimes ) où nous avions passé 4 jours à trekker autour de la ville en essayant d’atteindre des points inatteignables dû à des conditions d’enneigements bien trop précoces pour cette saison.

Mais le mercredi matin (jour de départ de notre ascension), le réveil s’est effectué avec un ciel bleu et pas un nuage. Rien à voir avec la météo des jours précédents et encore une fois tant mieux et merci mère Nature !!! Direction les Houches !!
Récap du matériel de trekking et d’alpinisme… Il ne faut rien laisser au hasard!!
Le Mont Blanc,on y sera bientôt et je parle pas de la crème (on vous la certainement déjà faite celle là!!).

L’objectif de notre première journée est le refuge de Tête Rousse. Les Houches, 1008 mètres d’altitude pour finir à 3167 mètres. Mise en jambe ou apéritif c’est comme vous voulez ! En attendant va falloir y aller. Mon premier trek et sommet en France et pas des moindres. Backpacks sur les épaules, nous avançons d’un bon pas pour ces premières heures en moyenne montagne. Chamonix et sa vallée apparaissent de plus en plus petit. De temps en temps, pendant notre marche,nous croquons un morceau de CLIF BAR !

Une première halte pour se faire un plat chaud pour trois et notre incontournable saucisson que nous emmenons à chaque projet outdoor. Nous sommes déjà à la hauteur du Refuge du Nid d’ Aigle. La végétation commence à se faire de moins en moins dense pour laisser place aux rochers, neige et chamois qui se fichent de notre présence. Ca doit être un autoroute humain pour eux !!

Arrivé sur un replat, nous apercevons le Refuge du Gouter mais il faudra attendre pour y passer ou même y séjourner une nuit. En attendant le refuge de Tête Rousse pointe sa Tête ( vous l’avez vu venir celle là!!). Tête Rousse ou le refuge qui te montre l’inconfort occidental ! Même au Népal, les conditons de séjour y sont plus agréables.
60 personnes dans la salle de repas à attendre une place pour pouvoir diner. Un vrai régal !!

Heureusement, à la tombée du soleil, le spectacle est déroutant. Le glacier de Tête Rousse se transforme en meringue naturelle. Cette image nous met en appétit, et la pièce de vie a récupéré la chaleur du coucher de soleil au moment où on nous appelle pour prendre place et diner … Chanceux depuis le début !!!

Le diner nous fait oublier nos mauvaises impressions : soupe, plat principal, tout en double ration et dessert à la clé… Ca vous tente ? Ok ok j’ai oublié de vous dire, dans ce refuge quand tu dors, t’es 16 dans 4 lits de 4 personnes en mode boite à sardines, tu l ‘as l’image? L’avantage c’est que tu as chaud très rapidement. L’autre avantage (ironie), c’est que si ton voisin est sponsorisé par Tonnerre Mécanique, bah tu dors pas ou à partir du milieu de la nuit pour te réveiller à 5H.
En sachant que certaines cordées partent à 3H. En gros tu dors pas beaucoup !

Petit déjeuner, si on peut appeler ça comme ça. C’est là que tu dis qu’il faut que tu partes d’ici ! Ca tombe bien Babar nous somme d’aller nous équiper: matériel d’alpi. Ca y est ! On y est ! En avant le matériel technique de montagne : baudrier, corde, casque et piolet. Sans oublier notre veste GORETEX MILLET pour couper du vent. La pluie n’est pas prévue d’arriver !! Sans oublier notre frontale PETZL ,sinon tu pars en avalanche humaine tellement il fait nuit !!

C’est à ça que tu ressembles quand tu sors de la nuit avec ta frontale !!!
Direction le Refuge du Gouter. Entre ces deux refuges, les moments les plus délicats. Nous sommes encordés et les passages dit difficiles nous semblent plus faciles que ce nous avons effectués lors de notre entrainement au Pic d’ Arsine. Il a bien geré notre Babar, mais on n’en doutait pas! Petit passage ou un certain nombre de personnes y sont restés car grosse coulé de rochers qui peuvent vous tomber dessus.
Le refuge ! Il est un peu plus de 11H, on avance pas trop mal. Recharge en boisson chaude, thé à volonté. Dépose d’une partie du matériel que l’on n’ a pas besoin pour l’assaut final. Après une heure de pause, on y retourne ! Une heure de marche et le Refuge Vallot (4362 mètres) fait son apparition sur un plateau enneigé et venteux. Je rajoute une couche qui me servira à rien !!

Une fois sur la crête des Bosses la chaleur m’envahit mais pas envie de m’arrêter encore pour retirer cette couche. Je suis dans un petit sauna vivant !! Encore une fois je suis au dessus de 4000mètres d’altitude. Merci énormément !!!

La crête des bosses est une succession de 3 bosses qui vous emmènent au sommet. Si vous l’avez bien compris, une fois que t’es là tu sais que c’est le début de la fin! Malheureusement certaines cordées vont trop vite et stoppent dans cette difficulté si peu compliquée mais qui demande d’y aller piano piano. Mine de rien ça monte tout de même !
Pas à pas, nous sommes au dessus de ces bosses. Encore quelques pas et c’est le sommet, ce fameux replat assez long au bout, tout au bout. Nous y sommes ! Magnifique ! Comme d’habitude, j’ai une grosse pensée pout tous ceux qui auraient voulu faire des choses que peu de gens font et qui sont parti trop vite.

Love my friends ! So much!!

Babar nous propose de manger ici, on est au 7ème ciel enfin au dessus des Alpes en tout cas.
Notre JETBOIL, notre petit réchaud pour chauffer la glace , un petit plat lyophilisé TREK N EAT et on y est. On déjeune sur le toit de la France!! Tu la vois l’image !!! Et bien sûr notre éternel saucisson.

Une fois l’objectif atteint le temps passe vite, bien trop vite !!

Il faut redescendre ! Le soleil est en train de nous rattraper. La descente jusqu’ au Refuge du Gouter se fait rapidement malgré mes pieds en charpie dans mes chaussures d’ alpinisme Millet… mon seul bémol sur mon matériel pour cette ascension. Une fois arrivés au Refuge du Gouter, je pars me reposer car le mal de tête est bien présent. J’en profite pour voir l’étendu des dégâts de mes pieds. C’est pas terrible ! La peau a sauté sur bien nombre d’endroits, la nuit ne va pas être simple.

Le Refuge du Gouter c’est le 5 étoiles que t’as pas eu la veille. Ce refuge et son gérant sont au top , ou plutôt au sommet de leur art. Tout y est parfait ! L’accueil, le personnel, la nourriture. Boisson chaude à volonté alors qu’ au Refuge de Tête Rousse, on a payé 7euros pour un litre d’eau chaude.
En tout cas la soirée est extra. Rencontre avec les autres cordées françaises, un vrai moment de partage !!

Le ventre bien rempli nous retournons au dortoir tellement confortable que même s’y reposer te fait du bien. Mes doigts de pieds ont du mal à supporter le contact du drap, ils resteront en dehors.

La nuit est tout de même agréable et le réveil me fait peur lorsque je dois mettre mes chaussettes. Au final, ils ont bien séché et cicatrisé cette nuit. Petit déjeuner et nous redescendons. Cette fois c’est fini !! Retour à la réalité … la nature et la végétation reprenne ses droits. Et encore plus la civilisation . En deux jours ou moins de 48heures,  nous avons gravi le MONT BLANC !!

En tout cas cela vaut le coup d’aller là haut tout là haut !

Aucun commentaire

A vous de jouer

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *